Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 08:04

En lice pour le prix d'hiver de SHORT EDITION, avec la fable "Le Singe et la Reine" à ne pas mettre entre toutes les mains...

Lisez, et si vous aimez, votez !

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 23:00

 

Podcast

 

 

Je ressens, ce matin, comme vous j’imagine, une infinie tristesse. Je suis, comme l’avait dit cette starlette du ciné porno recevant sa palme aux « hots d’or » de Cannes, très « émotionné » et je ne sais si je pourrai, sans pleurer, aller au bout de cette chronique sur le sujet poignant dont à propos duquel j’ai entrepris de vous entretenir.

J’ai appris la semaine passée, comme vous, mais vous ne faites attention à rien, vous ne vous occupez que de sujets secondaires ou frivoles comme les libérations d’otages ou les cavales anonymes de tireurs fous, j’ai appris la semaine passée la mort de Ming la palourde. Ming la palourde, ce n'était pas n'importe qui, c’était le plus vieil animal du monde. Elle avait 507 ans. 507 ans, de quoi ridiculiser Jeanne Calmant qui fait figure de  gamine avec seulement 120 printemps au compteur, bien que l’histoire ne nous dise pas si Ming la palourde avait réussi, elle, à vendre sa coquille en viager.

507 ans, imaginez un peu. Elle était née sous le règne d’Henri IV. Dans sa jeunesse, elle avait réussi à échapper au couteau de Ravaillac, pourtant bien aiguisé. Elle avait traversé sans encombres la Ligue, la révocation de l’édit de Nantes, la guerre de succession d’Espagne, les horreurs de la révolution française, les guerres napoléoniennes, elle avait échappé à Waterloo, elle avait fait son chemin à travers la guerre de 70, elle avait survécu à l’enfer de Verdun, à la crise de 29, au marché noir pendant la deuxième guerre mondiale et pourtant Dieu sait si plus d’un crève-la-faim l’aurait bien croquée, même sans beurre persillé pour se changer des rutabagas. Elle avait esquivé les balles Viêt Công de Diên Biên Phu, fêté le retour du Général en 58, vibré au son des chansons de C Jérôme dans les années 70, elle avait connu tout ça, traversé toutes ces épreuves pour finir bêtement éventrée dans un laboratoire anglais en 2006.

Les scientifiques coupables de cet odieux assassinat, rongés par le remords, ont fini par avouer leur ignoble forfait, la semaine dernière seulement. Le meurtre de palourde n’étant pas encore reconnu juridiquement, voilà un nouveau crime qui restera impuni. Ces hommes, qui sont aux mollusques bivalves ce que Jack l’Eventreur était aux filles de petite vertu tant leur méthode de travail sont similaires, ces criminels en un mot, ont expliqué qu’ils voulaient ouvrir Ming la palourde pour connaître son âge, mais voilà, 507 ans enfermée dans sa coquille et patatras, l’ouverture au grand air lui fut fatale. Il semblerait que l’air d’aujourd’hui soit moins pur qu’il y a 507 ans, et pourtant les historiens s’accordent à penser que François Hollande sent beaucoup moins l’ail qu'Henri IV. Mourir de la main d’un Anglais, l’Anglais étant et restant tout de même notre meilleur ennemi doté surtout de bien piètres talents de cuisinier, voilà une triste fin pour Ming la palourde, doyenne de l’humanité. Françaises, Français, Palourdes, Palourdes, ayons une pensée pour Ming la magnifique.

La semaine prochaine, je vous lirai les statuts du parti des mécontents, je viens de le créer, et a priori, 80% des Français en font déjà partie.

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 10:22

Quel avenir pour l'équipe de France de football après la brillante démonstration d'hier soir ? Intégrer l'équipe Ayrault, le job est peut-être précaire, mais on peut difficilement rêver mieux comme refuge d'incapables.

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 07:55

Podcast

 

Si décembre est le mois du foie gras, novembre semble être le mois de la mauvaise foi, en tout cas les amateurs du genre ont de quoi se régaler. 


Jouons par exemple aux devinettes. Qui a déclaré : « La dégradation de la note financière est grave », elle résulte du « manque de cohérence, de constance, de clairvoyance et de résultats de la politique du gouvernement » ? Perdu, ce n’est pas un ténor de l’UMP, pardon pour l’oxymore, quand la France a été à nouveau rétrogradée par l’agence de notation Standard and Poor’s la semaine passée, c’est François Hollande en janvier 2012 qui réagissait alors à la première dégradation de la note financière de la France.  C’est le même Hollande qui nous explique aujourd’hui que finalement, tout cela n’est pas très grave, et qu’il tient le cap, mais en fait François, ton cap, c’est simplement ce qu’on te reproche.


Faut-il cependant accorder beaucoup d’attention à ces notations financières ? Que valent-elles ? Pas grand-chose si l’on en croit le ministre du Viagra, pardon, le ministre du redressement productif, le grand Arnaud Montebourg, qui a déclaré pour l’occasion que les agences de notation n’ont aucune « crédibilité ». Incontestablement, un ministre de la république qui manie la menace et l’insulte envers les grands patrons américains ou indiens déguisé en marinière made in France peut se permettre sans ciller de donner des leçons de crédibilité. Montebourg a tellement de crédit d’ailleurs qu’il ne donne pas mais qu’il prête : en effet, on donne à penser alors qu’on prête à rire…


Ah, il en faudrait plus que cela pour démonter une équipe de cette envergure. Ayrault l’a déclaré lui-même : rien ne l’impressionne. J’avoue que quand j’ai entendu cette déclaration, je me suis inquiété. Rien ne l’impressionne… Sincèrement, si Ayrault ne se prend pas pour Chuck Norris, pour oser déclarer cela, à quel degré d’inconscience faut-il qu’il soit parvenu ?


Les sifflets à l’encontre de Hollande sont certes malvenus un 11 novembre. Mais un type qui tient le cap et un autre que rien n’impressionne ont-ils la lucidité nécessaire pour comprendre le malaise qu’ils ont réussi à susciter en à peine une année et demie d’amateurisme de haut vol, une année et demie à pianoter fortissimo sur la gamme comprise entre incompétence et mensonge ?


La semaine prochaine, je vous raconterai l’histoire du petit bossu qu'on ne pouvait plus déplier depuis qu'il avait été terrassé par une hernie fiscale.

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 08:58

Une interview de votre serviteur suite à son premier prix de poésie,

à découvrir sur http://short-edition.com/

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 16:00

Quel mauvais goût ont eu les otages Français de se faire libérer la semaine passée ! Quelle outrecuidance  de la part des journalistes de R.F.I. de se faire assassiner ce week-end. On ne parle plus que de cela et du coup on est passé à côté du come-back de Bayrou dans un immense mouvement populaire dont les masses éponymes se réjouissent dans leurs chaumières, et le terme est un peu faible puisqu’on pourrait même dire qu’elles exultent.


Pas de bol, c’est passé inaperçu ! Pourtant, Borloo avait fait ce qu’il fallait. Il était allé tendre à la main à l’ermite du Béarn, au Pierre Laval du centre, à celui qui aurait pu avoir signé sa sortie de scène après son ultime trahison de mai 2012. Bayrou, l’homme qui ne tarit pas d’éloges devant sa propre intelligence, l’idéologue du raisonnable, ce qui rend son fonds de commerce peu prospère, Bayrou avait en effet osé rallier monsieur « Moi Président », candidat affiché de l’illusion et du malentendu.

 

Le génie français s’incarne dans tout un tas de choses, mais assez mal en politique. Aux Etats-Unis des apprentis généticiens ont réussi à greffer sur des plantes un morceau d’ADN de la luciole. Résultat, les plantes brillent la nuit. Croyez-vous que si on greffe de la luciole à Hollande il devienne une lumière ?

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 06:58

Podcast

 

Mais où donc va se nicher, ou se perdre, la culture ? Le Fluxus, cette magnifique innovation intellectuelle qui nous apprend à voir l’art où on ne l’attend pas, depuis la diarrhée verbale du grand Ben dont il ne peut s’empêcher de recouvrir les murs et les cahiers jusqu’à l’enfouissement volontaire du magnifique Abraham Poincheval, enterré huit jours dans une buse avec un os de bœuf à sculpter, le Fluxus permet de prendre conscience que l’art est partout.

Passant ainsi devant la Fondation du Doute à Blois, je m’ébahissais de la nouvelle expo qui y était présentée : un mur éventré, des trous dans le sol, de grands engins mécaniques et même des acteurs en bleu de travail avec de véritables bottes en caoutchouc aux pieds... Joli tableau ! Erreur, j’ai compris trop tard qu’en fait le propriétaire réalisait simplement des travaux, mais le Fluxus porte tant nos neurones à l’excitation que je me mépris une première fois.

La seconde fut presque une déception. Fraîchement diplômé d’un premier prix de poésie acquis à la sueur de mon stylo le 15 octobre dernier lors d’une joute de création littéraire, je suis allé enfin m’inscrire sur Facebook, afin de faire profiter le monde d’une parcelle de mon génie. M’interpellant moi-même, je me vilipendai : il était en effet idiot de ne pas partager avec tout un tas d’indigents avides de culture et de poésie ce savoir magnifique que les muses m’offrirent en mon berceau ; il était idiot de ne pas partager ces trésors de poésie dont la qualité n’avait d’égale que ma modestie.

Bref, v’là-t-y pas que je vais m’inscrire sur Facebook, et que doucement, tel le néophyte empoté et méfiant, je découvre ce merveilleux système légal d’espionnage organisé qui me suggère de me connecter à des gens que je connais peu ou prou, ou presque pas, et qui m’invite également à me dévoiler, à dire à tout le monde quels sont mes goûts, mes envies, mes secrets, bref, un tas de choses formidables dont tout le monde se fout à l’exception de ceux qui comptent pour moi et qui savent déjà ce que sont mes goûts, mes envies et parfois mes secrets.

Et c’est ainsi que naviguant, sans même un permis côtier en poche, Facebook m’invite à dire quels sont les derniers livres que j’ai lus, et m’en suggère une liste. Sur une quinzaine de titres de « livres »qui me sont proposés, je recense six fois Tintin, deux fois Astérix, une fois Lucky Luke et une autre Boule et Bill. Si cela reste moins affligeant que du Christine Angot, quand les BD représentent les deux-tiers de l’offre de lecture soumise par Facebook, je m’interroge. Sans vouloir faire mon bégueule, car j’ai lu Tintin, Astérix, Lucky Luke et Boule et Bill, si je devais suggérer une liste de lecture, je ne pense pas que ces sympathiques héros y figureraient à l’exception chauvine du petit Breton teigneux dont les aventures laissent transpirer l’immense culture de leur décédé scénariste. Et si j’étais en train de devenir d’un autre monde ?...

La semaine prochaine, je vous parlerai de l’influence de l’approche de la nouvelle année sur la capacité des ministres du redressement productif à nous souhaiter une « Good Year » de Titan.

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 13:08

Je vous informais il y a une dizaine de jours de ma participation le 15 octobre 2013 à "La Matinale" de création littéraire de Short Edition. J'en suis reparti, heureux, avec le premier prix dans la catégorie "Poésie". Le sujet, "C'est l'histoire d'un malentendu", m'a inspiré une oeuvre régionaliste à vous tirer des larmes que vous pouvez découvrir sur la page de "La Matinale" et qui s'intitule "A Chambord". Bonne lecture !

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 17:08

Podcast

 

Nathalie Kosciusko-Morizet s’est réjouie, un peu précipitamment la semaine passée, de l’organisation par Paris, Ville Lumière, des prochains Jeux Olympiques et de pas n’importe quels Jeux Olympiques s’il-vous-plaît, mais des Jeux Olympiques pour athlètes homosexuels. Pauvre NKM ! Faut-il avoir peu de raisons de se réjouir ou bien  alors concourir dans la catégorie « je racole donc je suis » pour se laisser aller à de tels épanchements.


La promotion du mariage gay avait pour argument absolu l’égalité. Ce nouvel avatar révèle peut-être la vraie nature du projet, celle, moins glorieuse, de la prosaïque défense d’intérêts catégoriels. Si telle n’était pas la motivation, cela signifierait en effet que pour être comme tout le monde, les homos doivent avoir leurs jeux olympiques rien que pour eux. Une proposition qui fleure bon l’oxymore, il faut l’avouer…


Cette brillante innovation ne me fait en tout cas pas regretter de vivre dans un monde où chaque jour les frontières du ridicule sont repoussées un peu plus loin.

Sincèrement, à part sous la douche, que va-t-il y avoir de si différent dans ces J.O. version « Gay Pride » ? Et quid des athlètes bisexuels ? Auront-ils le droit de concourir deux fois et d'accroître ainsi leurs chances d’emporter une médaille ? Quid des hermaphrodites, des polygames, des abstinents, des hésitants, des refoulés, des repentis, des membres du clergé, des partouzeurs, des monosexuels ? Autant de questions sans réponses, autant de manque d’ambition ! Oui, ils manquent d’ambition les promoteurs des JO Gays. D’abord, parce qu’il faut réclamer des Jeux Olympiques pour athlètes handicapés et homosexuels.

Ensuite parce qu’à vouloir diviser le monde pour plus d’égalité, pourquoi diantre s’arrêter aux Jeux Olympiques ?  Le filon est quasi-inépuisable. Pourquoi ne pas prévoir un Top 14 de rugby spécial « homos », une saison de Ligue 1, un concours de belote, une élection de Miss France et même un Concours Général Agricole pour que le premier prix ne reviennent pas systématiquement, c’est discriminant, à des bovins hétéro. Pourquoi pas des JO pour les Noirs ? Parce qu’ils raflent déjà tout ? Pourquoi pas des JO pour les Juifs ? Parce qu’à Munich ça ne leur a pas trop réussi ? Pourquoi pas des JO pour les partisans de Hollande ? Voilà au moins un endroit où gagner facilement une médaille, vu le peu d’athlètes engagés à part Yannick Noah.


De deux choses l’une : soit les promoteurs des JO homo ont l’imagination bridée pour ne pas en demander d’autres, soit ils défendent les intérêts de leur chapelle sous le couvert honteux d’œuvrer pour le bien de l’humanité. Quant à NKM, elle a perdu une occasion de se taire : pas facile quand on appartient à l’UMP, un parti où on a déjà si peu de choses à dire.


La semaine prochaine, je vous parlerai de l’influence des voyages en minibus sur la bonne santé de la démocratie marseillaise.

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 07:18

J'ai eu le plaisir de participer l'an passé à "La Matinale" de création littéraire de Short Edition. Le sujet était simple : "ça commence par un vol. On y parle de ver(re - vair) et de pêche."

Quelques heures plus tard nous rendions nos copies, dont la mienne, à découvrir ici, qui obtint le label de "chouchou des lecteurs".

Mardi 15 octobre 2013, je serai en lice pour une nouvelle matinée de création littéraire, à suivre sur le site de Short Edition.

 

Partager cet article
Repost0

Profil

  • Fabrice Dayron
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain.
Témoin intéressé de son époque.
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain. Témoin intéressé de son époque.

De l'esprit du blog

"...Ainsi dès qu'une fois ma verve se réveille

    Comme on voit au printemps la diligente abeille

    Qui du butin des fleurs va composer son miel

    Des sottises du temps je compose mon fiel..."   (Boileau)

Recherche

Pages