Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 17:40

 Podcast

 

On a découvert la semaine passée que les « Buisson » ont des oreilles, de grandes oreilles, de vilaines esgourdes de l’espèce des cages à miel qui traînent et mémorisent. Quand je dis « on a découvert », cela constitue un abus de langage, la faute à ce siècle impie, car si vous connaissiez un peu votre histoire sainte, vous sauriez qu’on ne doit pas se fier au « Buisson ». Déjà quand Dieu parlait à Moïse, un buisson était dans le coup, un buisson qui écoutait tout ardemment…

Cependant, le niveau de conversation de Sarkozy doit être passionnant car tout le monde se précipite, des conseillers déchus aux inquisiteurs judiciaires, pour l’écouter parler, les agissements du sieur Buisson nous prouvant seulement au passage qu’en grattant un peu, on n’a jamais fini d’être surpris par la bassesse du genre humain.

Pour en revenir au buisson ardent, Dieu a bien fait d’utiliser cette technique originale de communication en « bien-longtemps-avant-Son-Fils ». En effet, si l’envie lui prenait de nous parler aujourd’hui, Il ne pourrait plus se permettre ce genre de fantaisie sous peine de commettre un crime de lèse-écologie. Paris vient par exemple de bannir les feux de cheminée. Normal, ce n’est pas écolo le feu de cheminée, ce n’est effectivement pas naturel.

Je pense que si Cromagnon apprenait cela, il s’en voudrait de n’avoir pas installé plus tôt une pompe à chaleur à l’entrée de sa grotte grâce au crédit d’impôt de Mme Duflot qu’il avait l’immense chance de ne pas connaître.

La semaine passée, avez-vous entendu mugir, dans nos villes et pas dans nos campagnes, car la campagne n'est pas leur univers, avez-vous entendu dans nos villes mugir ces féroces soldats de l’écologie militante, ces verts ayatollahs et leur satanée manie d'avoir des idées sur tout ?

La semaine passée, alors que le soleil décidait enfin de sortir d’un trop long hivernage, pour notre plus grand plaisir, la responsable d’une agence régionale de santé vient nous mettre en garde : « Attention il fait beau, n’allez surtout pas faire de sport, ce n’est pas bon pour la santé ! » Oui, vous avez bien entendu : le soleil brille, restez enfermés à cause de la pollution ! J’ajouterai simplement à ce lumineux conseil : bienvenue dans le monde moderne, bienvenue au royaume des écolos cacochymes et des pisse-vinaigre en bonne santé, bienvenue dans un monde où l’on s’interdit d’aller se dépenser dehors quand il fait beau.

Voulez-vous que je vous dise ? Ce n’est pas les particules fines qui m’empêchent de respirer, c’est vous, les chantres de l’écologie, qui me pompez l’air avec vos conseils à la noix et vos avis avisés. Tous les hygiénistes, les donneurs de leçons pour vivre mieux et plus longtemps : ne mangez pas gras, ne buvez pas, évitez de faire l’amour, vous ferez des centenaires. Mais pourquoi faire des centenaires ? Pour vous supporter plus longtemps, pour vous entendre débiter d’un air sentencieux vos conseils érudits à l’humanité souffrante ?

Sincèrement, les intégristes de la santé, pères-la-morale des temps modernes, écoutez-moi : mangez un peu plus gras, buvez un coup et plutôt que de vous faire fumer la cervelle, partez à la recherche de celui ou celle qui vous déridera l’intimité et vous arrêterez alors de vous sentir responsable du sort de la terre entière. Le jour où vous aurez trouvé la recette du bonheur domestique, ce jour-là, vous aurez fini de nous cassez les pieds avec vos grandes idées, et croyez-moi, à cet instant précis, on respirera beaucoup mieux sur la terre !

La semaine prochaine, je vous démontrerai que les voies du Seigneur sont certes impénétrables mais parfois rigolotes en vous contant l’histoire de Saint Jérôme K., patron des traders en déroute devenu porte-parole auto-proclamé du Vatican.

Partager cet article
Repost0
5 mars 2014 3 05 /03 /mars /2014 08:35
Partager cet article
Repost0
5 mars 2014 3 05 /03 /mars /2014 07:27

Podcast

C’était la fête du 7ème art la semaine passée, des Césars aux Oscars mais personne ne m’a demandé mon avis. Cela ne constitue pas, convenez-en, une raison suffisante pour ne pas le donner, j’ai donc désigné un jury composé de moi-même, jury qui s’est prononcé en toute subjectivité sans jamais rechigner devant un peu de mauvaise foi pour pouvoir vous présenter, ce matin, ma cérémonie des Césars à moi.

Je voudrais débuter cette cérémonie par l’octroi d’un César d’honneur pour l’ensemble de son œuvre au « Contribuable Français » pour son abnégation, son sens du partage, sa capacité à tendre son portefeuille quand on lui a déjà volé son porte-monnaie comme d’autres ne peuvent s’empêcher de tendre la joue gauche alors qu’on vient de leur coller une droite.

Le César du meilleur second rôle féminin revient à Carole Tep, ancienne conseillère en communication de Valérie Trierweiler, l’ex-première poule, qui ne servait déjà pas à grand-chose mais qui vient de décrocher le rôle de sa vie puisqu’elle est dorénavant conseillère à l’Elysée en charge des commémorations, un poste qui fait rêver, plus particulièrement d'ailleurs les donneurs de leçon de morale de la république exemplaire.

Arnaud Montebourg quant à lui remporte haut la main le César de la vulgarité condescendante, une distinction créée spécialement à son attention.

Le César de la meilleure musique est décerné à Michel Sapin pour son entêtante ritournelle intitulée « Mais si j’vous promets, un jour elle va baisser ma courbe », une chanson lancinante qu’il ne peut s’empêcher d’entonner dès qu’il aperçoit un micro.

Le César du meilleur film est décroché par Jean-Marc Ayrault pour son remarquable long métrage « Le chef d’orchestre et ses baltringues », une farce un peu grossière dont l’acteur principal est cependant irrésistible dans le personnage du benêt.

Le César du meilleur président n’est pas décerné à François Hollande. On ne peut pas gagner à tous les coups, Hollande avait déjà obtenu le César de la meilleure photo en 2012 pour son sens inné du flou et de l’imprécision.

Le César du meilleur président n’est donc pas décerné à François Hollande. Et si on écoutait les Français, c’est même DSK qui le recevrait. Aussi le Journal du Dimanche a-t-il décidé de ne pas publier le sondage qu’il avait commandé pour savoir, de l’avis des masses laborieuses : « qui pourrait faire mieux que Hollande ? ».

Plutôt facile comme question – en même temps, essayez d’aller répondre à la question : « qui pourrait faire pire que Hollande ? » – plutôt facile donc, mais le sondeur avait introduit un niveau de difficulté supplémentaire en interdisant de piocher la réponse au hasard dans l’annuaire. Alors les Français ont placé DSK en tête de leur choix. DSK en tête, cela mérite d’être noté, l’image d’icelui étant souvent moins attachée à la tête qu’à la queue.

Le résultat du sondage était tellement inattendu que le J.D.D. a décidé de ne pas le publier, et prendre cette décision c’était s’assurer qu’on en parlerait de ce sondage, peut-être plus d’ailleurs que s’il avait été publié…

Aussi, mes biens chers frères, en ce 96ème mercredi après « Moi Président », rappelez-vous que rien n’est jamais perdu et qu’Ariel liquide nouvelle formule est capable de venir à bout des tâches les plus tenaces.


La semaine prochaine, je vous parlerai de la nostalgie qui a du bon pour les anciens du KGB qui ne peuvent pas s’empêcher d’envahir leurs voisins.

Partager cet article
Repost0
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 08:06
Partager cet article
Repost0
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 08:04

Le chômage a encore augmenté en janvier. Diantre, voilà qui pourrait nuire à la crédibilité de notre gouvernement...

Partager cet article
Repost0
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 08:16
Partager cet article
Repost0
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 22:49

Podcast

 

On n’arrête décidément pas le progrès. Le cerveau humain est tellement prompt à la réflexion qu’il lui arrive parfois de pondre des trucs aussi formidables qu’inutiles. La semaine dernière, une chroniqueuse radio spécialiste de l’innovation nous contait avec enthousiasme la création de l’ampoule qui s’allume toute seule, toute seule ou presque, puisqu’il suffit de télécharger une application sur son smartphone et le tour est joué.

 

En voilà une belle invention ! Si, comme moi, vous avez souvent envie d’allumer la lumière dans la cuisine alors que vous êtes au bureau, vous comprenez immédiatement l’utilité de cette ampoule, qui a dû clairement être conçue par une lumière… Certes, à 200 euro les trois ampoules, les « neuf-Français-sur-dix-qui-ne-paient-pas-plus-d’impôt-cette-année-que-l’année-dernière » pourraient ressentir une légère envie de réfréner leur désir de technologie, mais la fameuse ampoule intelligente a plus d’un tour dans son sac : elle est tellement impressionnante qu’elle a même appris à s’éteindre quand il fait beau dehors au cas où vous n’auriez pas remarqué qu’il n’est pas nécessaire d’allumer la lumière quand il fait grand jour.

Cela n’est pas sans rappeler, du temps du défunt Coluche,  la pub pour le nouvel OMO, cette lessive qui lavait le linge aussi bien que l’ancien OMO, sauf qu’il fallait faire les nœuds en plus.  A quand la voiture qui démarre quand vous n’êtes pas dedans, à quand le lecteur audio qui se met en marche quand la maison est vide ? Et surtout à jamais, j’espère, mon amour, l’étincelle qui s’allume dans ton œil quand je ne suis pas là. Voilà à peu près ce que m’inspire cette belle invention inutile qui, comme l’eau déshydratée, ne devrait pas prospérer au-delà d’une paillasse de laboratoire et du bureau du stagiaire qui avait pondu le concept.

 

Les stagiaires, parlons-en des stagiaires. Le gouvernement s’occupe d’eux, ce qui n’est pas forcément rassurant. A la place des stagiaires, je serais même inquiet : dès qu’il s’occupe d’un truc, ce gouvernement fait tout foirer ! Il a même l’extraordinaire capacité à rater la mise en œuvre des rares bonnes idées qui peuvent y naître. Peut-être est-ce par solidarité que nos deux stagiaires les plus célèbres, le stagiaire de l’Elysée et le stagiaire de l’Hôtel Matignon, veulent s’emparer du dossier. Ce peut être aussi une manière de dire : « Stagiaires de tous les pays, unissez-vous ! », une manière de délivrer un message fort à l’arrière-garde marxiste qui paralyse l’émergence dans ce pays d’une vision de la France et du monde qui soit en phase avec la réalité et non plus avec de vieilles lunes parfaitement dépassées. On espère cependant pour les entreprises françaises que leurs stagiaires sont de meilleure qualité que les deux incapables précités, sinon, elles auraient bien raison de les faire bosser pour des prunes…

 

Oui, je suis un peu sévère dans mon jugement, parce que le pays va mieux, c’est indéniable, le pays va mieux, j’en veux pour preuve…qu’il suffit de se le répéter pour s’en persuader. Depuis quelques temps, Le Monde et Libé sont tellement à l’affût de la moindre once de commencement du début de la possibilité d’une éventuelle bonne nouvelle sur le front économique qu’ils ne peuvent pas s’empêcher de monter en épingle le premier micro-évènement venu. Cette semaine, v’là-t-y pas que les media bien-pensant se réjouissent de la remontée de la bourse. Eh oui, il n’y a pas que dans le caleçon présidentiel que la bourse fait de l’escalade, celle du Palais Brongniart atteint aussi des sommets, alors, mes biens chers frères, en ce 95ème mercredi après « Moi Président », réjouissons-nous !

 

La semaine prochaine, je vous raconterai, dans une chronique rugbystique, combien il est difficile de porter la croix de Saint André en ayant la Galles sur le dos.

 

 

 
Partager cet article
Repost0
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 07:32
Partager cet article
Repost0
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 20:37

Podcast 

 

Je dois en premier lieu vous prier humblement de bien vouloir accepter mes excuses les plus plates, si plates que je pourrais vous les faxer, tellement plates qu’elles ressemblent à s’y méprendre à un encéphalogramme de Jean Marc Ayrault.

Oui, je vous ai posé un lapin pendant deux semaines, quinze longs jours pendant lesquels vous ne pûtes ni m’ouïr ni me lire. Je ne sais encore pas précisément, à l’heure où je vous parle, pourquoi j’ai décidé de reprendre du service et mon stylo, était-ce la masse du courrier des lecteurs affolés, ou les mails désespérés des fans en détresse ou encore toutes ces femmes languissantes qui me traquaient sur les réseaux sociaux ?

Je n’ai pas encore démêlé l’écheveau comme dirait Jérôme Bernardet en vous refilant un tuyau pour la 5ème à Longchamp cet après-midi, mais l’essentiel est d’être là, fidèle au poste et d’essayer de vous faire partager le plaisir que j’ai à reprendre du service.

 

Je voudrais vous entretenir ce matin du bonheur de voir que certaines traditions perdurent, et notamment celle du bal. Si la modernité a eu raison du bal des pompiers de Fouzy-les-Glaireuses et que les asticots ont eu raison de Pascal Sevran, il est en revanche un bal qui n’est pas prêt de fermer ses portes tant les modes passent sans qu’il désemplisse, c’est bien le bal des faux-culs : ils sont nombreux à s’y presser !

Dernier exemple en date, le sondage réalisé par l’IFOP sur la place des femmes en politique à l’approche des élections municipales. A la première question, 70% des Français répondent : « Oui, il faut qu’il y ait davantage de femmes-maires ». Maires « a.i.r.e », que les choses soient claires. Il s’agit d’envoyer plus de femmes dans les mairies et pas dans les maternités. La question : « faut-il qu’il y ait plus de femmes qui soient mères-maman ? », tout le monde s’en fout car grâce à l’action salvatrice de Vincent Peillon, on peut déjà lutter contre ce vieux cliché réactionnaire et sexiste qui veut que seules les femmes puissent accoucher, ce qui est quand même bien la marque d’une société où les stéréotypes ont la vie dure, je ne dis pas ça pour faire « genre ».

Revenons donc à nos femmes premières magistrates de leurs communes pour lesquelles la réponse tombe sans appel : oui il en faut plus, à 70%. Mais à la question d’après, « voudriez-vous que le maire de votre ville soit une femme ? », ils ne sont plus que 54% à dire oui.

De 70% à être d’accords sur le principe, à 54% à être d’accord pour que ça leur arrive à eux, cela nous laisse, si je compte bien, pas moins de 16% de faux-derches, 16% de gros machos pas assumés, qui préfèrent voir les femmes devant un évier que derrière un bureau mais qui n’osent pas l’avouer, un peu comme ceux qui ne sont pas racistes mais qui ne voudraient quand même pas que leur fille sorte avec un noir. Bon parce que c’est bien gentil de ne pas être misogyne, c’est bien beau de promouvoir l’égalité des sexes, mais enfin faudrait quand même voir à pas déconner non plus : le grand enseignement de ce sondage, au final, c’est qu’il faut davantage de femmes comme maires, mais surtout ailleurs !


La semaine prochaine, je vous parlerai de la vilénie qui consiste à ravir aux Ukrainiens leur record du monde de saut à la perche.

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 08:31
Partager cet article
Repost0

Profil

  • Fabrice Dayron
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain.
Témoin intéressé de son époque.
  • Chef d'entreprise, chroniqueur et écrivain. Témoin intéressé de son époque.

De l'esprit du blog

"...Ainsi dès qu'une fois ma verve se réveille

    Comme on voit au printemps la diligente abeille

    Qui du butin des fleurs va composer son miel

    Des sottises du temps je compose mon fiel..."   (Boileau)

Recherche

Pages